Laurence Haïm

Laurence Haïm

Journaliste correspondante aux Etats-Unis
Participe au débat “La nouvelle carte des pouvoirs” – lundi 26 août de 15h10 à 16h30

Fille d’un médecin parisien, Laurence Haïm se présente comme une autodidacte.

Elle débute à 17 ans aux côtés de Patrice Laffont en portant des cafés au sein d’une radio libre (sur CVS) à Versailles et aussi à France Inter. elle confie que son premier test en radio fut d’avoir été 4 secondes une voix pour FIP; En 1986, après un stage aux côtés d’Elie Vannier à RTL où elle est chargée de préparer les journaux du matin, elle est engagée par Philippe Labro et travaille notamment au service « société » de la radio, et s’occupe des rubriques « people » dans le journal de 8 heures de Jean-Jacques Bourdin.

Elle devient également à cette époque l’assistante de Christine Ockrent et s’occupe alors de booker les invités politiques que la journaliste reçoit dans ses chroniques du matin En 1989, Laurence Haïm participe à la création de l’agence CAPA dirigée par Hervé Chabalier et réalise des reportages pour 24 heures sur Canal+, Envoyé spécial sur France 2 ou encore Zone interdite sur M6 sur de nombreux événements internationaux comme l e début de la guerre en Croatie ou la famine au Soudan.

En 1992, elle décide de s’installer à New York et propose à Alain de Greef et Canal Plus de devenir la correspondante aux États-Unis de CAPA et Canal Plus “pour 3 mois”.

Elle intervient dans le cadre d’émissions telles que Nulle part ailleurs, Le Grand Journal ou La Matinale. Elle y restera longtemps et à partir de 1999 devient la correspondante de la chaîne d’information en continu du groupe, I-Télé.

Durant l’année 2001, du fait de plusieurs plans sociaux et restructurations à Canal+ et à I-Télé, Laurence Haïm se voit signifier en juin 2001 qu’elle va être remerciée par son employeur, comme elle le relate dans son livre « Journal d’une année à part : 11 septembre 2001 – 2002 ». Mais, le 11 septembre 2001, elle est passagère d’un avion devant atterrir à New York ; elle couvre alors en direct tous les attentats qui frappent le pays durant plusieurs jours, dans des conditions particulièrement difficiles. Peu après, profondément marquée par les événements qu’elle vient de vivre, elle devient américaine.

De 2002 à 2006, elle devient aussi photo vidéo journaliste et est engagée par la chaîne américaine CBS News pour travailler aux côtés du journaliste vedette Dan Rather.

La chaîne décide de la baser à Amman puis Gaza, Jérusalem et Bagdad ou elle suit la guerre d’Irak . Elle vit la plupart du temps à Bagdad entre 2002 et 2006.

Durant cette période, elle couvre aussi pour les médias français pendant un mois George Bush et l’élection présidentielle américaine de 2004 ainsi que la Chute en Haïti du Président Aristide et obtient pur CBS News de nombreuses exclusivités comme la dernière interview du Président Aristide, les victimes oubliées du Tsunami, les femmes en Arabie Saoudite et les élections a Gaza du Hamas pour l’émission 60 minutes de CBS News.

Après un attaque à la voiture piégée à Bagdad blessant grièvement une journaliste de CBS News et tuant 2 personnes, Laurence Haïm quitte Bagdad en 2006 et revient s’installer plus longuement à New York ou pour l’émission 60 minutes elle documente en vidéo journaliste les élections en Arabie Saoudite, l’ouragan de la Nouvelle Orléans et la crise migratoire en Arizona ou pendant plusieurs semaines à la frontière mexicaine elle traverse à pied le désert avec des migrants.

En 2006, suite aux enquêtes sur la prison d’Abu Ghraib et les faux documents Bush, elle est avec Dan Rather et toute son équipe “remerciée” et retourne travailler en journaliste free lance pour Canal plus en leur proposant dès août 2006 de suivre “un inconnu Barack Obama“. Elle avait rencontré Obama en 2004 en faisant un reportage sur le Darfour et son engagement à l’époque sur le sujet

Elle suit Barack Obama dès le début de sa campagne dans l’Iowa et se distingue en étant la seule journaliste française à l’avoir interviewé longuement 3 fois. Celui-ci la surnomme « The Frenchie ». Dés l’entrée en fonction de Barack Obama à la Maison-Blanche, Laurence Haïm est l’unique journaliste télévision française accréditée en permanence à la Maison blanche.

Elle a l’idée de créer alors avec le soutien de la Maison Blanche la première association des Correspondants de la presse étrangère de la Maison Blanche et est élue 2 fois présidente de l’association.

Avant le premier voyage au Caire du président américain, elle signe une interview exclusive pour la France du président américain, diffusée sur Canal+ en juin 2009.

Elle revient vivre à New york quelques mois pour couvrir en permanence pour le groupe Canal+ l’affaire DSK. En 2012, elle rentre en France pour réaliser avec le photojournaliste américain de Newsweek, Charles Ommanney, une série vidéo pour I-Télé sur l’élection présidentielle française. Il en résulte aussi un livre, Made in France, publié aux éditions Albin Michel.

De retour aux États-Unis, elle couvre au quotidien la seconde campagne de Barack Obama à l’élection américaine de 2012 pour Canal+ et I-Télé. En avril 2013, elle devient journaliste accréditée permanente au Pentagone et, en mai 2013, est réélue présidente de l’association de la presse étrangère de la Maison-Blanche.

A l’époque avec le photojournaliste James Nachtwey elle documente la situation des mineurs dans les prisons américaines puis part à Guantanamo documenter le pré procès du 11 Septembre. Elle est la seule journaliste française à avoir été 6 fois à Guantanamo à ce jour. Elle a également couvert les attentats de Boston, l’ouragan Sandy et les tornades en Oklahoma et obtient lors de sa visite en France une autre interview exclusive de Barack Obama sur les attentats du Bataclan qu’ elle a aussi décrypté pour la Chaîne américaine MSNBC.

En juillet 2015, convaincue que Donald Trump a des chances, elle décide de le suivre et est la seule journaliste française accréditée en permanence dans l’avion de la campagne Trump Elle suit Donald Trump pendant un an dans l’Amérique profonde. Suite à la grève de I-Télé le 4 novembre, la direction d’I-Télé décide cependant de supprimer l’émission et ses directs où elle a accès en exclusivité pour l’Europe au QG de Donald Trump; Elle fait alors sur le réseaux sociaux une vidéo avec son portable pour dire “vive le journalisme” et couvre la soirée depuis son compte Twitter personnel en soutenant ses collègues en grève.

Le 10 janvier 2017, elle annonce son départ de la chaîne I-Télé et, le lendemain annonce aussi sur Twitter rejoindre l’équipe de campagne d’Emmanuel Macron, candidat à l’élection présidentielle de 2017, en tant que porte-parole, où elle doit s’occuper des questions internationales

Comparant Emmanuel Macron à Barack Obama par “l’espoir et le renouveau” qu’il suscite, elle affirme avoir « changé de vie » en s’engageant en politique

Cependant, à la suite de deux interventions télévisées dans l’émission C à vous sur France 5, et sur BFM TV, jugées ratées par l’équipe ou Laurence refuse de dire “si Emmanuel Macron est à droite ou à gauche” et suite à son profond désaccord avec la jeune équipe de campagne elle n’apparaît plus dans les médias. Le magazine Marianne la décrit alors comme « la porte-parole sans voix ». Elle décide de quitter ses fonctions au sein de La République en marche ! le 12 juillet 2017 et annonce vouloir devenir journaliste. Dans une interview au Journal du Dimanche le 14 juillet 2017 elle évoque certains regrets, notamment des « instants de cruauté dans le monde politique que je garderai pour moi. J’ai aussi lu ou entendu des choses que je n’avais pas dites, pas voulu ou pas faites ».

En juillet 2017, Le Canard enchaîné affirme qu’elle a demandé un poste d’ambassadeur à Emmanuel Macron pour services rendus, et que ce dernier aurait refusé sèchement sa demande. Laurence Haïm dément cette affirmation, déclarant sur son compte Twitter : « Je n’ai jamais voulu être ambassadeur. Sauf des news » Dans une interview à Télé Loisirs, elle se dit « très surprise » par l’article du Canard, mais nuance ses propos, reconnaissant que « plusieurs possibilités » de postes avaient été envisagées avec l’équipe du chef de l’État.

A l’automne 2017, elle déménage à Chicago et devient chercheuse résidente à l’Institut d’études politiques de l’université de Chicago (University of Chicago Institute of Politics), dirigé par David Axelrod, un ancien stratège de Barack Obama.

Elle travaille pendant des mois sur “démocratie et populisme” et participe à un débat avec le directeur de campagne du sénateur Ted Cruz sur la place de l’Amérique dans le monde.

En juin 2019 elle décide aussi de suivre au Mexique, avec Christopher Morris photographe vedette de Time Magazine, le candidat Manuel Obrador. Là aussi Laurence Haïm a accès exclusif au candidat avant son élection .

Elle gagne au fil des mois des milliers de followers sur Twitter et travaille à Washington pendant trois ans sur le Trumpisme et Melania Trump pour un documentaire pour Arte produit par Mediawan.

Elle enquête aussi pendant quelques mois pour CBS News sur l’affaire Epstein.

En septembre 2019, abusée par une fausse vidéo, elle annonce le décès de l’acteur et réalisateur américain Clint Eastwood sur son compte Twitter. Elle s’excuse par la suite de son erreur.

A partir de septembre 2020, Laurence Haïm est consultante pour la chaîne LCI du groupe TF1 et est mobilisée pour suivre l’élection présidentielle de Joe Biden.

En Décembre 2020 elle prévient toutes les rédactions françaises “qu’un événement important peut se produire en janvier contre la démocratie“; Le 6 janvier elle est donc en direct devant le Capitole pour témoigner de la situation pour différents médias et en août elle couvre aussi le retrait américain d’Afghanistan.

L’administration Trump et Biden lui ont renouvelé son accréditation permanente à la Maison Blanche.

Elle a toujours refusé de nombreuses propositions de livres sur sa vie en insistant auprès des producteurs de “montrer au mieux avec passion le monde“. Elle vit en ce moment entre New York, le Costa Rica et Paris.

Elle a reçu en 2015 les insignes de la Légion d’Honneur pour son travail au service du journalisme. Plus de 287 000 personnes la suivent sur Twitter et les réseaux sociaux.